retour à la page d'accueil Dernière Nouvelle :
Collecte des déchets

Les trois quarts du territoire de la commune sont boisés. Le chêne vert "l'euse/yeuse" y est majoritaire. On y trouve également du chêne blanc "lo rore/lo roire/lo rove" ou rouvre, du chêne de kermès, de l'arbousier et enfin du pistachier térébinthe "lo pudis" ou lentisques "lo restincle".
La principale industrie du pays est l’exploitation du bois de taillis. Une véritable population vit sous le couvert, en dehors du village et se répartit les tâches de manière très spécialisée. Bûcherons, écorceurs, charbonniers et verriers se partagent la forêt. Les propriétaires de bois les exploitent rarement eux-mêmes mais vendent les coupes sur pied à des exploitants agricoles les "bouscatiers".

Le chêne blanc est vendu comme bois de chauffage et son feuillage est un excellent fourrage pour les bêtes. Les galles (petites billes brunâtres) sont récoltées pour la préparation de l'encre noire.
Les taillis de chênes sont coupés tous les quinze ou vingt ans. Le temps de l’exploitation, les charbonniers et les bûcherons habitent sur place dans de petites cabanes élevées en pierres sèches. Le bois des parcelles peu accessibles aux charrettes et celui des branches laissées sur place est transformé en charbon de bois par le maître charbonnier. Un certain nombre de muletiers font régulièrement le transport du bois et du charbon jusqu'à Montpellier.
Au printemps, de nombreux habitants quittent leur habitation pour aller coucher au milieu des bois, dans des huttes de fortune et se livrent à l’écorçage des chênes verts. L’écorce est prélevée sur pied à l'aide d'un "pelou"(1), puis elle est rassemblée en bottes et livrée aux tanneries proches. De cette écorce "la rusca" est retiré le “tan” qui est utilisé par l’industrie de la tannerie(2), très prospère à cette époque dans le Midi de la France. Pratiqué par les “ruscaires”, ce travail d'écorçage du chêne vert est bien rémunéré et permet aux habitants de vivre correctement.

Mais la baisse du prix de l’écorce pour le tan(3), ajoutée à celle de la vente du bois de chauffage et du charbon de bois de plus en plus remplacés par l’usage du gaz et du charbon de terre, entraîne progressivement l’abandon de ces exploitations. La difficile période de la deuxième guerre mondiale connaît un renouveau de l'activité des charbonniers.

Le chêne kermès "l'avaus"(4) est quant à lui utilisé pour l'écorce de ses racines, "garrolha", très riche en tanins (cet arrachage est en partie responsable de sa raréfaction) et pour la récolte au mois de Mai, des cochenilles (vermèu, vermet, vermelhon), petites "graines" couvertes de poussière grise donnant un colorant d'une splendide couleur rouge très recherchée (vermillon). Cette tâche est confiée le plus souvent aux femmes et aux enfants.

2 - Les tanneurs
De nombreuses tanneries sont installées dans l’arrière pays Montpelliérain. Dans les années 1790, on en dénombre une trentaine rien que sur Aniane.
Le travail du tanneur consiste à transformer la peau brute en cuir. Pour ce faire, l’emploi de tan est indispensable. Il provenait essentiellement d’écorces de chêne qui donnait au cuir une belle couleur rouge-brun.
Après la seconde guerre mondiale, le tannage végétal disparaît complètement au profit du tannage chimique.

3 - Courrier du 10 juin 1897 du Conseil Communal au Président du Conseil, Ministre de la république :
"… Par la suite de l'avilissement progressif du prix des écorces et de la diminution de la vente du charbon et du bois de chauffage, remplacés par l'usage de plus généralisé du gaz et du pétrole, du coke, du charbon de pierre, les coupes de bois ont perdu 40% de leur valeur, et nous pouvons prévoir le jour prochain où elles ne trouveront plus d'acheteur…"

4 - Kermès
Le Kermès des teinturiers est une cochenille connue sous le nom de “graines écarlates” vivant sur le chêne kermès. Cet insecte, connu depuis la plus haute Antiquité, était une source de colorant très importante dans l’Ancien Monde.
A la découverte de la cochenille du Mexique récoltée sur un cactus : le nopal (le figuier de Barbarie en est une espèce), l’emploi du Kermès des teinturiers ne fera que décliner.


Le bois
Les charbonnières
Les fours à chaux
Les verreries
La poterie
L'élevage
l'agriculture
La viticulture
La siriciculture
L'apiculture
Commerce / Artisanat
Autres...



Mairie d'Argelliers - 34380 Argelliers - Hérault - France
Téléphone : 04 67 55 65 75 - E-mail : mairie@argelliers.fr - Fax : 04 67 55 54 17
Réalisation : Mairie d'Argelliers - Société GLAD - Conception graphique : Georges Pierrugues - Copyright 2009 - 2012 - textes et photos.